06/09/2008

Du Nouveau ...

En Juin, j'avais posté sur ce blog un message... comment dire... pessimiste.

Depuis, du temps a passé, et on ne peut dire qu'il soit passé pour rien.

Juin 2008

Je passe mes deux derniers examens en langues et littératures germaniques: Histoire de l'Inde et Second Language Acquisition. Le premier se révèle être une catastrophe, le second se passe très bien, avec félicitations du professeur. Fin Juin, mes résultats vont dans le sens de mes attentes: un 11/20 en Histoire de l'Inde - grâce à un prof particulièrement gentil avec moi sur ce coup là - et un 15/20 en Anglais. Seul reste le mémoire à terminer à présent.

Juillet 2008

a) du 01 au 16
Entre préparations pour le mémoire, écriture de pages, corrections d'autres, visites en bibliothèques et chez ma promotrice, j'ai rarement une minute à moi. Pourtant, je réussis à trouver du temps pour fêter mon anniversaire en petit comité réduit (très réduit, même) et voir un ami certains soirs. Le 15, c'est-à-dire la veille de mon départ en vacances, je suis encore assise dans le bureau de ma promotrice à discuter de la marche à suivre durant mes vacances. Une chose au moins est sûre: elles ne seront pas de tout repos.

b) du 16 au 25
Vacances à Diefenthal, en Alsace.
Partie en France avec bouquins, notes, pages volantes et ordinateur portable, me voilà prête à travailler mon mémoire à la chambre d'hotel. Pas évident, quand on sait les jolis villages pitoresques de l'Alsace, qui n'attendent que d'être vus par moi. Je décide dès lors d'une règle à suivre: quand la famille part pour la journée, je reste à l'hotel travailler. Quand elle fait des visites de demi-jours, je les accompagne l'après-midi. Je prends également le temps de partager mes repas bien à mon aise en famille. De 10 heures par jour, mes heures d'études chutent à 6, en moyenne.
J'ai certes moins avancé que ce que j'aurais pu. En attendant, j'ai su allier plaisir et travail. Dix jours plus tard, une vingtaine de pages en plus, je repars pour Bruxelles, avec de jolis souvenirs de vacances, et un estomac noué. Il va falloir joué très serré. Pour cela, le soir même de mon retour, je pars gare du nord pour envoyer mes fichiers à la promotrice, que je vois 4 jours plus tard.

c) Fin Juillet
Je bosse, je bosse. Le 29, re bureau de la promotrice, pour une der. Pas très contente, Mrs... Mon intro et mon outrou sont trop longues, mes phrases aussi. Mes erreurs toujours les mêmes, et la prof en "a marre", je cite. Comme elle part en vacances, je devrai à présent me débrouiller seule...

Aout 2008

a) Du 01 au 14
Je travaille dur dur sur mon mémoire, en particulier durant les derniers jours:pas une minute à moi. Le 11, le 12, et le 13, j'espère chaque fois avoir terminé dans la journée, sans succès. Le 14, jour de remise, la journée commence très tot: 00:00. J'y passe la nuit, avec une heure de demi-sommeil, de 6h30 à 7h30. Ensuite, en route pour Louvain-la-Neuve, où j'ai encore bien des choses à régler. Après erreurs et corrections, mon mémoire est finalement rendu. Il doit être 17h. Mais il est rendu.
Non fière mais lessivée, je rentre chez moi, et me jure de ne pas ouvrir le mémoire jusqu'au 5 Septembre, date des résultats.

b) du 15 au 31
Repos bien mérité, mais quelle angoisse...

Septembre 2008

Le mois commence plutot bien, avec le marché annuel de Jette le premier. Grosse journée pour moi, qui suis encore fatiguée. Je commence à accumuler du stress au vu des résultats qui approchent. Heureusement, il y a toujours moyen d'aller faire un tour pour se changer les idées, ce que je fais... dans la pluie et le vent, aïe aïe aïe.
Le 2 septembre, j'attrappe un mal de gorge intenable, une horreur, du jamais vu. Je ne dors pas de la nuit... et oui, comme dirait Dutronc "le monde entier est un cactus". Véridique, je vous le dis. C'est sur, demain, le premier gars que je verrai, c'est un médecin.
Mais, malgré une grippe, une pharingite et une grosse fatigue, j'arrive tout de même à me lever le 5 Septembre, le grand jour. Très molle, très groggy, mais enfin. A 14h, je suis à Louvain la Neuve, et les proclamations commencent à 14h30. Discours. Que c'est long, que je veux savoir... Quand j'entends mon nom, je ne réalise même pas. Ensuite, photo, signature de diplome, verre de l'amitié, je cause avec des connaissances. Vers 17h, je me décide à aller consulter ma feuille de notes, et là, je mets environ 5 minutes à comprendre la cote... Waw... J'hallucine, j'ai fait un beau Rigolant17/20 Rigolantà mon mémoire . Super, je vais boire un verre avec les connaissances qui m'attendent de l'autre coté. Tranquille, tranquiiiiiiiiiiiiiiillle...

Pour mon résultat au mémoire, je sais très bien qui remercier, évidemment. D'abord, ceux qui m'ont permis de le faire et ont fait preuve de patience, famille et parents, en clair.
Sans eux, pas d'études, pas de mémoire, pas de réussite, pas de diplome.
Ensuite, mes grands mères, l'une, retirée pour ne pas déranger et l'autre mettant une bougie de temps en temps, m'ont bien aidées.
Ensuite, bien entendu, ma soeurette adorée...Parler la nuit, de choses autres que de littérature, c'est toujours revigorant.
Les connaissances de tous types, toujours pretes à rire avec moi et à partir en vrille, dieu sait que ça fait du bien dans des moments lourds de sens, un peu de légereté.
Merci aussi aux bons repas, toujours un moment de détente dont il faut profiter si on veut recharger ses batteries correctement.
Une autre personne se cache clairement derrière ce mémoire. Malheureusement, j'étais un peu prise de tous cotés hier après les proclamations, et je ne l'ai pas croisée. C'est ma promotrice, que je remercie bien fort.


Voilà, il s'en passe, je vous avais prévenu. Merci à ceux qui ont lu ceci sans souffler ou ronfler...

A bientot.

Val.

13:17 Écrit par Val dans études | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : temps, memoire, vacances, remerciement |  Facebook |

04/10/2006

 journée entre soeurs à Namur

le 13 Septembre 2006



Aujourd'hui, ma soeur Coralie et moi avions décidé de passer un jour à la mer, plus précisemment à La Panne, non loin de la frontière française. Le temps n'est malheureusement pas au beau fixe et nous quittons la maison avec quelques minutes de retard. Après une courte file au guichet de la gare de Jette, nous apprenons que le prix d'une journée à la mer, en dehors des mois de Juillet et Aout, s'élève à presque 50 Euros. Nous choisissons donc finalement de partir en Wallonie, à Namur.

Dans le train, Coralie et moi jouons au jeu "toc toc" - variante de Uno avec un jeu de cartes traditionnel - en guise de consolation. Arrivée en gare namuroise, la bonne humeur revient en un éclat de rire: en se dirigeant vers l'extérieur de la gare, on peut voir une jolie place, avec en face, un café chic, nommé "Flandre".

Sans chercher de chemin précis, nous nous engageons dans une rue au hasard, puis une autre, et une autre. Oh, il y a des collines, par là-bas. Sans nous en rendre compte, nous sommes à la citadelle de Namur, et nous décidons ensuite de la visiter de fond en comble. Le petit plus était que Namur, prête à accueillir le festival musical de Wallonie, était en fête. Partout, on préparait les festivités: on sortait des chaises de buvette, on élevait des chapiteaux. La vibrante musique de Radio Contact nous a poursuivi tout au long de notre périple.

A 16h30, et les jambes en compote, nous voilà de retour à la gare. Je suis très fatiguée, mais je promets à Coralie d'aller manger un resto avec elle le soir même. Rentrée à la maison, mes tempes frappent, je vois des papillons: c'est la migraine, supplémenté d'une douleur dans le dos et les jambes. A mon grand désespoir, pas de resto italien pour moi ce soir, mais 4 tartines grillées au beurre.

Je me couche assez tôt, soulagée, crevée, mais un peu décue.

Edit du 06 Décembre: finalement je n'ai pas rajouté de dessin à ce post, mais plutôt une simple photo...

12:32 Écrit par Val dans loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : namur, visites, soeur, vacances |  Facebook |