06/09/2008

Du Nouveau ...

En Juin, j'avais posté sur ce blog un message... comment dire... pessimiste.

Depuis, du temps a passé, et on ne peut dire qu'il soit passé pour rien.

Juin 2008

Je passe mes deux derniers examens en langues et littératures germaniques: Histoire de l'Inde et Second Language Acquisition. Le premier se révèle être une catastrophe, le second se passe très bien, avec félicitations du professeur. Fin Juin, mes résultats vont dans le sens de mes attentes: un 11/20 en Histoire de l'Inde - grâce à un prof particulièrement gentil avec moi sur ce coup là - et un 15/20 en Anglais. Seul reste le mémoire à terminer à présent.

Juillet 2008

a) du 01 au 16
Entre préparations pour le mémoire, écriture de pages, corrections d'autres, visites en bibliothèques et chez ma promotrice, j'ai rarement une minute à moi. Pourtant, je réussis à trouver du temps pour fêter mon anniversaire en petit comité réduit (très réduit, même) et voir un ami certains soirs. Le 15, c'est-à-dire la veille de mon départ en vacances, je suis encore assise dans le bureau de ma promotrice à discuter de la marche à suivre durant mes vacances. Une chose au moins est sûre: elles ne seront pas de tout repos.

b) du 16 au 25
Vacances à Diefenthal, en Alsace.
Partie en France avec bouquins, notes, pages volantes et ordinateur portable, me voilà prête à travailler mon mémoire à la chambre d'hotel. Pas évident, quand on sait les jolis villages pitoresques de l'Alsace, qui n'attendent que d'être vus par moi. Je décide dès lors d'une règle à suivre: quand la famille part pour la journée, je reste à l'hotel travailler. Quand elle fait des visites de demi-jours, je les accompagne l'après-midi. Je prends également le temps de partager mes repas bien à mon aise en famille. De 10 heures par jour, mes heures d'études chutent à 6, en moyenne.
J'ai certes moins avancé que ce que j'aurais pu. En attendant, j'ai su allier plaisir et travail. Dix jours plus tard, une vingtaine de pages en plus, je repars pour Bruxelles, avec de jolis souvenirs de vacances, et un estomac noué. Il va falloir joué très serré. Pour cela, le soir même de mon retour, je pars gare du nord pour envoyer mes fichiers à la promotrice, que je vois 4 jours plus tard.

c) Fin Juillet
Je bosse, je bosse. Le 29, re bureau de la promotrice, pour une der. Pas très contente, Mrs... Mon intro et mon outrou sont trop longues, mes phrases aussi. Mes erreurs toujours les mêmes, et la prof en "a marre", je cite. Comme elle part en vacances, je devrai à présent me débrouiller seule...

Aout 2008

a) Du 01 au 14
Je travaille dur dur sur mon mémoire, en particulier durant les derniers jours:pas une minute à moi. Le 11, le 12, et le 13, j'espère chaque fois avoir terminé dans la journée, sans succès. Le 14, jour de remise, la journée commence très tot: 00:00. J'y passe la nuit, avec une heure de demi-sommeil, de 6h30 à 7h30. Ensuite, en route pour Louvain-la-Neuve, où j'ai encore bien des choses à régler. Après erreurs et corrections, mon mémoire est finalement rendu. Il doit être 17h. Mais il est rendu.
Non fière mais lessivée, je rentre chez moi, et me jure de ne pas ouvrir le mémoire jusqu'au 5 Septembre, date des résultats.

b) du 15 au 31
Repos bien mérité, mais quelle angoisse...

Septembre 2008

Le mois commence plutot bien, avec le marché annuel de Jette le premier. Grosse journée pour moi, qui suis encore fatiguée. Je commence à accumuler du stress au vu des résultats qui approchent. Heureusement, il y a toujours moyen d'aller faire un tour pour se changer les idées, ce que je fais... dans la pluie et le vent, aïe aïe aïe.
Le 2 septembre, j'attrappe un mal de gorge intenable, une horreur, du jamais vu. Je ne dors pas de la nuit... et oui, comme dirait Dutronc "le monde entier est un cactus". Véridique, je vous le dis. C'est sur, demain, le premier gars que je verrai, c'est un médecin.
Mais, malgré une grippe, une pharingite et une grosse fatigue, j'arrive tout de même à me lever le 5 Septembre, le grand jour. Très molle, très groggy, mais enfin. A 14h, je suis à Louvain la Neuve, et les proclamations commencent à 14h30. Discours. Que c'est long, que je veux savoir... Quand j'entends mon nom, je ne réalise même pas. Ensuite, photo, signature de diplome, verre de l'amitié, je cause avec des connaissances. Vers 17h, je me décide à aller consulter ma feuille de notes, et là, je mets environ 5 minutes à comprendre la cote... Waw... J'hallucine, j'ai fait un beau Rigolant17/20 Rigolantà mon mémoire . Super, je vais boire un verre avec les connaissances qui m'attendent de l'autre coté. Tranquille, tranquiiiiiiiiiiiiiiillle...

Pour mon résultat au mémoire, je sais très bien qui remercier, évidemment. D'abord, ceux qui m'ont permis de le faire et ont fait preuve de patience, famille et parents, en clair.
Sans eux, pas d'études, pas de mémoire, pas de réussite, pas de diplome.
Ensuite, mes grands mères, l'une, retirée pour ne pas déranger et l'autre mettant une bougie de temps en temps, m'ont bien aidées.
Ensuite, bien entendu, ma soeurette adorée...Parler la nuit, de choses autres que de littérature, c'est toujours revigorant.
Les connaissances de tous types, toujours pretes à rire avec moi et à partir en vrille, dieu sait que ça fait du bien dans des moments lourds de sens, un peu de légereté.
Merci aussi aux bons repas, toujours un moment de détente dont il faut profiter si on veut recharger ses batteries correctement.
Une autre personne se cache clairement derrière ce mémoire. Malheureusement, j'étais un peu prise de tous cotés hier après les proclamations, et je ne l'ai pas croisée. C'est ma promotrice, que je remercie bien fort.


Voilà, il s'en passe, je vous avais prévenu. Merci à ceux qui ont lu ceci sans souffler ou ronfler...

A bientot.

Val.

13:17 Écrit par Val dans études | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : temps, memoire, vacances, remerciement |  Facebook |

26/04/2007

Aïe, Aïe, Aïe...

Le 28 Janvier 2007

Eh oui, avec de tels résultats, je ne suis pas beaucoup plus avancée. Trois examens seulement, dont un dispensatoire, et je réussis encore à louper mes dispenses de si peu, pour les deux examens les plus importants, cela va de soi.

Il faut dire, avec des questions telles que celles que je me suis ramassées pour mon cours de sociolinguistique (Second Language Acquisition), et avec un cours très peu structuré sur l'histoire de l'Inde, mes 11/20 ne sont qu'une demi surprise. Au lieu de m'interroger sur l'un ou l'autre, il a fallu que la prof mélange scientific research et developments in teaching, et je me suis emmêlée entre Saussure, grammaire traditionelle et béhaviorisme...
De même, à mon examen d'Histoire de l'Inde, j'aurais voulu parler de l'Inde Antique, l'empire Maurya, Moghole, de Shivaji ou de l'Hindouïsme. Eh bien non, moi qui suis si douée en politique, j'ai dû retracer l'histoire du Congrès Indien, avec Gandhi, Nerhu, Tilak, Bezant... Très amusant, merci.
Petite consolation quand-même, histoire de sauver l'honneur, j'ai eu 18.5/20 à mon test dispensatoire de vocabulaire, mini-partie d'un examen qui aura lieu en Juin...

18:42 Écrit par Val dans études | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : examens, janvier |  Facebook |

26/01/2007

Rien ne sert de courir...

A la fin du mois d'Octobre, il a fallu que je rentre un papier indiquant les différents cours que je souhaitais suivre cette année. Une semaine avant la date d'échéance, j'avais coché tous les cours voulus, en me disant: "ça y'est, cette fois, je le rendrai à heure et à temps".

Effectivement, ceci fut fait.

Quelques semaines plus tard, il a fallu s'inscrire par internet - grande nouveauté - aux examens de la session de Janvier. Chaque étudiant, muni d'un mot de passe et d'un pseudonyme, pouvait donc s'inscrire aux examens sur une page individualisée reprenant les cours auxquels il s'était inscrit au mois d'Octobre.

En ouvrant ma page, surprise: je ne peux cocher aucun cours. Alors, comment s'inscrire?
Anxieuse, je me rends le jour suivant chez la secrétaire de faculté, une femme habituellement si sympathique que ^ censuré ^. Donc, je me rends chez elle, en dehors de ces heures de permanence. Je n'avais pas le choix: c'était ça ou ne pas avoir d'examens du tout. Elle m'accueille modéremment et je lui donne mon nom, je lui explique le problème. Elle recherche mon formulaire d'inscription au cours, et me dit que je ne suis inscrite à aucun cours pour cette année. Mais quelle idée, aussi, d'effacer des croix inscrites au crayon avant d'écrire au bic par-dessus ! Finalement, tout est bien qui finit bien, elle ne me gronde même pas (qu'a-t-elle donc mangé qui se digère si bien?), et en sortant, je suis finalement inscrite à mes cours de cette année.

Plus de peur que de mal. Il ne me reste plus qu'à m'inscrire aux examens.

Je me reconnecte donc au site de ma faculté. Une copine, venue avec moi en salle informatique, se rend compte que mes crédits de mémoire ne figurent pas dans mon programme.

Rebelotte. Re- pousser la porte, re- entrer en bibiothèque, re- toquer, re- trouiller. Par chance, la secrétaire était encore là: cette fois-ci, c'est elle qui a commis un oubli et rajoute mon mémoire à ma liste de crédits.

Y a des jours comme ça, où l'on se crève pour 3 fois rien.

13:13 Écrit par Val dans études | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : stress, examens, inscription |  Facebook |

06/12/2006

Rentrée(s)

Le 18 Septembre 2006

Je n'aime pas ça: aujourd'hui, c'est le jour de la rentrée académique. Une nouvelle année commence, on revoit les camarades... et puis tous les autres. Ceux à qui on ne parle pas, par peur ou par pudeur; ceux qui semblent très bien s'intégrer tous seuls, que vous soyez là ou non. Alors, autant ne pas être là et se réserver de l'énergie pour autre chose.
Heureusement, dans la masse, il y a une ou deux têtes qui font plaisir à revoir: celle de la copine de l'an passé, que l'on avait déjà revue, quelques jours auparavant, lors de la remise des résultats, et celle d'un garçon avec qui j'ai souvent pris le train le soir l'année passée: est-ce que cela sera encore possible cette année?
Et puis il y a ceux qui manquent: ceux qui sont partis pour ne plus revenir, car ils habitent loin, et puis ceux qui partent pour un trimestre ou pour l'année. C'est comme ça, je ne reverrai plus le dingue de Mallorca déambuler et errer dans les couloirs. Je ne le verrai plus se tromper constamment d'auditoire, de jour d'examen, et arrivant à moitié peté au cours. Ouf, car des fois ça faisait fille de mauvais genre. Mais quand-même...C'est également comme ça, le pianiste bordélique ne mettra pas le pied à Louvain-la-Neuve ce quadrimestre, ce qui j'espère calmera certains ragots.
En rentrant dans l'auditoire, je prends mon souffle: si tout se passe bien, c'est ma dernière année à respirer de la poussière de craie.

Le 19 Septembre 2006

Le soir, mon premier cours de dessin me laisse avec des sentiments mêlés. Ce prof me laissera-t-il faire ce que je veux, ou me soumettra-t-il à ses idées tout au long de l'année? Cette dernière éventualité me bloque totalement, et je ne fais rien de bon à ce premier cours. Mais que c'est bon de voir de nouveaux visages...

15:05 Écrit par Val dans études | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rentree, etudes, vie sociale, dessin |  Facebook |